UN SOURIRE POUR REVIVRE


Salle des pas perdus AccueilRechercherJuke box usprS'enregistrerComptoir d'enregistrementConnexion

Attentats de Nice le 14 juillet 2016. Merci de venir soutenir la pétition
pour l'obtention de la Légion d'Honneur pour Franck,
Alexandre et Gwenaël.
Voir les détails de la pétition en cliquant ICI
Derniers sujets
» Attentats de Nice - 14 juillet 2016 - pétition pour la Légion d'Honneur pour 3 personnes
par le petit prince Dim 31 Juil 2016 - 2:26

» Disparus de Mourmelon (site officiel)
par le petit prince Dim 10 Juil 2016 - 3:40

» Anniversaire particulièrement douloureux
par geotrouvetout Jeu 11 Sep 2014 - 3:30

» S - Sondes moléculaires
par geotrouvetout Jeu 13 Fév 2014 - 14:16

» Récapitulatif des sujets traités sur le cancer
par geotrouvetout Jeu 13 Fév 2014 - 13:50

» Leucémies de l'enfant : vers des traitements plus ciblés
par geotrouvetout Jeu 13 Fév 2014 - 13:37

» Les musiques préférées d'Idared37
par geotrouvetout Mar 9 Juil 2013 - 22:02

» Comment mettre une vidéo (youtube, dailymotion) sur le forum
par geotrouvetout Mar 9 Juil 2013 - 20:32

» Alimentation et cancer
par geotrouvetout Ven 21 Juin 2013 - 4:55

» Les musiques préférées, vu par geotrouvetout
par geotrouvetout Mar 18 Juin 2013 - 0:59

Forum polyglotte
Traducteur uspérien
Un mot, une phrase à traduire,
passez me voir ICI
Mes compagnons fidèles (hébergeur images et sites coup de coeur)
Pour leur rendre visite,
cliquer ICI ainsi que sur leur bannière

Partagez|

Chimiothérapie

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
le petit prince

avatar

Pilote de reconnaissance

Loisirs : plein (mais surtout les avions)

Points aux jeux : 21

MessageSujet: Chimiothérapie Mar 5 Aoû 2008 - 3:27




Chimiothérapie



Administration de médicaments empêchant le développement et la propagation des cellules cancéreuses.

Ces traitements peuvent affecter des cellules saines et provoquer des effets secondaires : nausées, vomissements, perte d’appétit, fatigue, perte des cheveux et risques accrus d’infection.

La plupart des patients tolèrent relativement bien la chimiothérapie et ses effets secondaires peuvent habituellement être atténués ou maîtrisés.

On a parfois recours à la chimiothérapie pour traiter le cancer du côlon et du rectum après une intervention chirurgicale afin de réduire les risques de récidive du cancer (chimiothérapie adjuvante) .


Dernière édition par le petit prince le Sam 24 Avr 2010 - 17:06, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
geotrouvetout

avatar

Instructeur au sol

Points aux jeux : 288

MessageSujet: Re: Chimiothérapie Sam 8 Jan 2011 - 16:55

La chimiothérapie anticancéreuse correspond au traitement par des produits chimiques, des médicaments extraits de végétaux ou produits en laboratoire par synthèse.

Ils se distinguent d’autres substances également utilisées contre les cancers, qui sont proches de produits physiologiques, comme les hormones (hormonothérapie) ou comme les cytokines (immunothérapie).

La chimiothérapie anticancéreuse a commencé dans les années 1940 avec la moutarde à l’azote (chlorméthine) et les antagonistes de l’acide folique (méthotrexate).

Elle s’est surtout développée dans les décennies suivantes, grâce à la découverte de nouveaux composés et à leur meilleur emploi.

Ces composés sont toxiques pour les cellules cancéreuses (cytotoxiques), ils bloquent leur reproduction et leur division ou mitose (antimitotiques) et ils entraînent leur mort.

On classe la cinquantaine de médicaments disponibles en plusieurs groupes.

1) - Les antimétabolites sont des produits voisins des métabolites normaux, ils prennent leur place et leur interdisent d’agir normalement, ce qui entrave le fonctionnement cellulaire.

2) - Les alkylants agissent surtout sur l’ADN, un peu comme les rayonnements ionisants, en y provoquant des lésions qui empêchent sa duplication.

3) - Les intercalants sont pour la plupart des antibiotiques qui s’insèrent entre les bases azotées des deux chaînes d’ADN et bloquent ainsi son activité normale.

4) - Les antimitotiques au sens strict, ou encore antifusoriaux, sont pour la plupart des substances d’origine végétale qui inhibent le fuseau nécessaire au bon déroulement d’une division cellulaire (mitose).

Tous ces médicaments agissent sur les cellules cancéreuses, ce qui est souhaité, mais aussi sur les cellules normales, ce qui entraîne leur toxicité.

Leur index thérapeutique, c’est-à-dire l’écart entre leur action efficace et leur action toxique n’est pas très important et il est difficile de les utiliser à des doses très efficaces sans entraîner, en corollaire, une toxicité excessive.

Pour augmenter cet index on utilise des associations qui concentrent sur la tumeur l’efficacité de plusieurs médicaments, en dispersant leurs toxicités différentes sur divers organes.

La chimiothérapie à très haute dose entraîne des aplasies complètes des cellules hématopoïétiques et nécessite une greffe de moelle pour pallier cette toxicité.

Les conditions de l’administration cherchent aussi à augmenter l’efficacité sans trop accroître la toxicité.

Quelques agents anticancéreux se prennent par la bouche.

Quelques-uns peuvent s’injecter par voie artérielle ou intramusculaire.

La plupart s’administrent par voie veineuse, éventuellement par cathéter.

L’injection peut être courte, en « flash », pendant quelques minutes, s’étendre sur une ou deux heures ou être continue, sur un ou plusieurs jours à l’aide de pompes régularisant son débit.

Les administrations sont répétées par cycles séparés par un intervalle de trois ou quatre semaines pendant lesquelles les cellules normales et le malade récupèrent (réparent), en principe plus vite et mieux que les cellules cancéreuses.

La place de la chimiothérapie dans le traitement d’un cancer dépend de son type et de son étendue.

Quelques tumeurs ont une grande chimiosensibilité et sont chimiocurables : elles peuvent être guéries par ce seul moyen.

C’est le cas des cancers du sang ou hémopathies malignes, en particulier des leucémies aiguës qui sont toujours généralisées et pour lesquelles la chimiothérapie assure un traitement général.

Elle comporte alors différentes étapes :

- une phase d’induction forte est destinée à entraîner une rémission complète;
- puis elle est modifiée pour une phase de consolidation,
- avant un éventuel traitement d’entretien plus ou moins long.

Pour d’autres cancers, la place de la chimiothérapie dépend de leur généralisation évidente ou probable.
Elle s’associe alors à un traitement local par chirurgie ou radiothérapie.
Elle peut être appliquée en premier, quand la généralisation est certaine et la chimiosensibilité suffisante, avant le traitement local qui sera plus facile ou plus efficace sur une tumeur préalablement réduite.
Elle vient après le traitement local quand celui-ci a apporté des renseignements en faveur d’une généralisation : on parle alors de chimiothérapie adjuvante.

Une chimiothérapie n’est commencée qu’après le bilan préthérapeutique dont les résultats doivent confirmer qu’elle est justifiée et que le patient peut la supporter.

Son application répétée nécessite :
- une surveillance régulière pour vérifier qu’elle est bien réalisée (observance),
- qu’elle est efficace (faute de quoi il faudrait l’interrompre)
- et suffisamment bien supportée (sinon elle doit être réduite ou arrêtée).

Les progrès de ces traitements permettent souvent de les faire chez un malade ambulatoire ou à domicile.






[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas

Chimiothérapie

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Sujets similaires

+
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
UN SOURIRE POUR REVIVRE  :: Le service médical (CANCER : informations, sites) :: Le "dico" médical (cancer et les autres maladies) :: A à E :: C-
Sauter vers: