UN SOURIRE POUR REVIVRE


Salle des pas perdus AccueilRechercherJuke box usprS'enregistrerComptoir d'enregistrementConnexion

Attentats de Nice le 14 juillet 2016. Merci de venir soutenir la pétition
pour l'obtention de la Légion d'Honneur pour Franck,
Alexandre et Gwenaël.
Voir les détails de la pétition en cliquant ICI
Derniers sujets
» Attentats de Nice - 14 juillet 2016 - pétition pour la Légion d'Honneur pour 3 personnes
par le petit prince Dim 31 Juil 2016 - 2:26

» Disparus de Mourmelon (site officiel)
par le petit prince Dim 10 Juil 2016 - 3:40

» Anniversaire particulièrement douloureux
par geotrouvetout Jeu 11 Sep 2014 - 3:30

» S - Sondes moléculaires
par geotrouvetout Jeu 13 Fév 2014 - 14:16

» Récapitulatif des sujets traités sur le cancer
par geotrouvetout Jeu 13 Fév 2014 - 13:50

» Leucémies de l'enfant : vers des traitements plus ciblés
par geotrouvetout Jeu 13 Fév 2014 - 13:37

» Les musiques préférées d'Idared37
par geotrouvetout Mar 9 Juil 2013 - 22:02

» Comment mettre une vidéo (youtube, dailymotion) sur le forum
par geotrouvetout Mar 9 Juil 2013 - 20:32

» Alimentation et cancer
par geotrouvetout Ven 21 Juin 2013 - 4:55

» Les musiques préférées, vu par geotrouvetout
par geotrouvetout Mar 18 Juin 2013 - 0:59

Forum polyglotte
Traducteur uspérien
Un mot, une phrase à traduire,
passez me voir ICI
Mes compagnons fidèles (hébergeur images et sites coup de coeur)
Pour leur rendre visite,
cliquer ICI ainsi que sur leur bannière

Partagez|

[COLORECTAL] - cancer

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
geotrouvetout

avatar

Instructeur au sol

Points aux jeux : 288

MessageSujet: [COLORECTAL] - cancer Sam 27 Mar 2010 - 20:44


Cancer colorectal





(source de l'image : vulgaris-medical)



La plupart des cancers colorectaux se forment dans les cellules qui tapissent l'intérieur du côlon ou du rectum. Le côlon et le rectum font partie de l’appareil digestif, où les aliments sont transformés en énergie et où l’organisme se débarrasse des déchets


Le côlon (aussi appelé gros intestin) relie le petit intestin (aussi appelé intestin grêle) au rectum. Les aliments passent de l’estomac au petit intestin, où ils continuent d’être digérés. Les aliments entièrement digérés passent du petit intestin au côlon, où l’eau qu’ils contiennent est retirée. La dernière partie du côlon est appelée rectum. C’est là que les matières fécales sont entreposées. Lors de la défécation, ces déchets sont éliminés de l’organisme par l’orifice appelé anus.


Le cancer du petit intestin est très rare. Par conséquent, l’expression « cancer de l’intestin » signifie généralement cancer colorectal. Au Canada, le cancer colorectal est le troisième type de cancer le plus fréquent, tant chez les hommes que chez les femmes.






LES CAUSES :

Le cancer colorectal n’est pas attribuable à une cause unique, mais certains facteurs pourraient accroître le risque qu’une personne en soit atteinte sont :

- âge (risque plus élevé après 50 ans)
- présence de polypes (petites tumeurs bénignes sur la paroi interne du côlon et du rectum);
- antécédents familiaux de cancer du côlon et du rectum;alimentation;obésité;inactivité physique
- consommation abusive d’alcool
- présence d’une maladie inflammatoire touchant le tube digestif (colite ulcéreuse ou maladie de Crohn)
- tabagisme.

Les personnes ayant des antécédents familiaux de cancer colorectal, particulièrement si un proche (parent, frère, sœur ou enfant) en a été atteint avant l’âge de 45 ans, sont plus prédisposées à ce type de cancer. On associe également une maladie héréditaire appelée polypose familiale du côlon à un risque accru de cancer de côlon et du rectum. Les personnes issues de familles où l’on compte plusieurs cas de polypose familiale du côlon ou de cancer colorectal font souvent l’objet d’une surveillance étroite en vue d’un dépistage précoce de ce type de cancer, le cas échéant

De plus, des recherches sont en cours afin de déterminer les effets de l’alimentation sur le risque de cancer colorectal. Il a déjà été démontré qu’un régime alimentaire riche en fruits et légumes réduit ce risque. Il semble qu’un régime alimentaire riche en fibres et pauvre en graisses animales permette aussi d’abaisser ce risque, mais il faudra effectuer d’autres recherches pour le prouver.

Le cancer colorectal peut parfois apparaître en l’absence de tous ces facteurs de risque.






DÉPISTAGE :

Le dépistage du cancer colorectal consiste à vérifier la présence du cancer lors de l’examen médical de routine, avant l’apparition de tout symptôme

Plus le cancer colorectal est dépisté rapidement, meilleures sont les chances de guérison. Le traitement est d’autant plus efficace si la maladie ne s’est pas propagée à l’extérieur du côlon.

Personnes à risque moyen
Il est recommandé aux hommes et aux femmes de plus de 50 ans de passer un test de recherche de sang occulte dans les selles au moins tous les 2 ans. Ce test permet de détecter la présence de polypes avant que ceux-ci ne deviennent cancéreux.

Tout résultat positif (confirmant la présence de sang dans les selles) devrait être suivi d’une coloscopie, d’un lavement baryté en double contraste (sorte de radiographie du gros intestin) et d’une sigmoïdoscopie.

Personnes à risque élevé
Les personnes qui sont plus susceptibles d’avoir un cancer colorectal que la moyenne des gens ont intérêt à discuter d’un programme de surveillance individuel avec leur médecin. Les personnes qui courent davantage de risques sont celles :

- dont un parent au premier degré (parent, frère ou sœur, enfant) a déjà été atteint d’un cancer colorectal
- qui ont des antécédents personnels de la maladie
- qui sont atteintes d’affections intestinales inflammatoires ou de la maladie de Crohn
- qui sont atteintes de certains syndromes héréditaires, comme la polypose adénomateuse familiale, ou de cancer colique héréditaire sans polypose
- qui présentent des polypes bénins au côlon ou au rectum.






Programmes de dépistage

Tout programme de dépistage du cancer colorectal devrait faire en sorte que :
- les gens soient informés des avantages et inconvénients liés au dépistage
- les conséquences de résultats positifs soient expliquées
- les personnes chez qui les tests confirment la présence de sang occulte dans les selles passent rapidement d’autres épreuves diagnostiques
- l’on crée une base de données permettant d’aviser les personnes à risque qui devraient passer des tests de même que leurs médecins, d’analyser les résultats du programme de dépistage et de les diffuser
- les techniques les plus efficaces soient mises à contribution.

Selon les cancérologues, les données scientifiques sont suffisamment probantes pour conclure qu’il serait possible de réduire de beaucoup le taux de mortalité lié au cancer du côlon et du rectum si des mesures de dépistage étaient déployées auprès de l’ensemble de la population canadienne.






SIGNES ET SYMPTÔMES :

Le cancer colorectal peut se développer pendant une longue période de temps sans qu’aucun signe ou symptôme ne se manifeste. Lorsque les symptômes apparaissent, ils sont souvent vagues et peuvent être confondus avec ceux de troubles plus courants. Les symptômes s’aggravent en cas d’obstruction, d’étranglement ou d’ulcération de l’intestin ou du rectum.

Les signes et symptômes décrits ci-dessous ne sont pas nécessairement annonciateurs d’un cancer colorectal; ils peuvent en effet avoir d’autres causes. Pour en avoir le cœur net, il est important de consulter un médecin.

- présence de sang sur ou dans les selles (de couleur très foncée ou rouge vif)
- selles inhabituelles (diarrhée, constipation ou les deux, en alternance) durant une période prolongée et sans cause apparente
- selles plus étroites qu’à l’habitude
- malaises gastriques divers (ballonnements, sensation de plénitude ou crampes)
- douleurs fréquentes causées par les gaz
- besoin pressant et permanent de vider les intestins, mais peu de matières fécales
- sensation d’évacuation incomplète
- perte de poids
- anémie
– habituellement à la suite des saignements au niveau de l’intestin douleur diffuse et sourde ou pression qui peut s’étendre jusqu’au dos nausées ou indigestions






DIAGNOSTIC

Avant d’envisager l’éventualité d’un cancer colorectal, votre médecin vous a interrogé sur votre état de santé et a fait un examen physique (incluant un examen du rectum).
Il est possible qu’une analyse de vos selles ait révélé la présence de sang occulte.
Il faut généralement effectuer un certain nombre de tests spéciaux pour confirmer un diagnostic de cancer colorectal.

En voici quelques-uns :

Techniques d’imagerie
Tests (radiographie par rayons X, échographie, tomodensitométrie [TDM], imagerie par résonance magnétique [IRM] et scintigraphie osseuse) permettant d’effectuer un examen approfondi des organes, des tissus et des os. Ces examens peuvent causer de l’inconfort, mais ils ne sont généralement pas douloureux. Vous pourriez subir un lavement baryté à double contraste. Cette technique de diagnostic est en fait une radiographie du côlon tout entier une fois qu’il a été rempli d’air et d’un colorant spécial appelé baryum. Le baryum permet de visualiser la paroi interne du côlon sur les clichés. Cet examen peut être désagréable ou mettre le patient mal à l’aise, mais il s’agit d’une méthode très utile pour établir un diagnostic

Analyses sanguines
Prélèvement d’échantillons de sang dans le but de vérifier le nombre et l’apparence des différents types de cellules sanguines et d’évaluer le fonctionnement des organes. Les résultats peuvent révéler des anomalies et la présence possible d’un cancer. Par exemple, une analyse sanguine peut indiquer qu’une personne souffre d’anémie en raison de pertes de sang causées par le cancer, ou que son sang contient un marqueur tumoral appelé antigène carcino-embryonnaire (ACE).

Biopsie
Intervention généralement requise pour établir avec certitude un diagnostic de cancer. Elle consiste à prélever des cellules ou des tissus de l’organisme afin de les examiner au microscope. Si les cellules sont cancéreuses, il faudra ensuite déterminer leur vitesse de prolifération. Il existe de nombreux types de biopsies. L’intervention permettant de diagnostiquer un cancer colorectal consiste à examiner l’intérieur de l'intestin au moyen d’un tube étroit et souple, muni d’une loupe, et à prélever un échantillon de tissus. Dans certains cas, les images ainsi obtenues peuvent être photographiées ou enregistrées sur vidéocassette. Une coloscopie est un examen visuel de la paroi interne de tout le côlon tandis que la sigmoïdoscopie sert à visualiser la paroi interne du rectum ainsi qu’une section du côlon appelée côlon sigmoïde. Les patients qui le désirent peuvent recevoir des médicaments afin d’atténuer l’inconfort causé par cet examen.

Les tests permettront également de déterminer le grade (degré de malignité) des cellules cancéreuses. Les cellules de grade faible se reproduisent lentement et ont généralement peu tendance à envahir les tissus avoisinants. Les cellules de grade élevé prolifèrent plus rapidement que celles de grade faible et sont plus susceptibles de se propager à d’autres parties de l’organisme.






LES TRAITEMENTS

Chaque cas est particulier.
La décision de vos médecins reposera sur les points suivants :
- le type de cancer diagnostiqué,
- son grade (ou degré de malignité),
- son stade,
- les preuves scientifiques de l’efficacité du traitement pour ce type de cancer
- ainsi que votre état de santé général.
Vous serez invité à participer au choix des traitements qui vous conviendront le mieux.

Vos traitements seront prodigués par une équipe soignante composée de médecins, d’infirmières et d’autres spécialistes. Si vous avez besoin d’aide, n’hésitez pas à vous adresser à l’un ou l’autre de ces professionnels de la santé.

Les personnes atteintes d’un cancer reçoivent souvent une combinaison de traitements, notamment ceux qui sont décrits ci-dessous.






CHIRURGIE

Ablation totale ou partielle d’une tumeur et de certains tissus avoisinants.

La décision de recourir à la chirurgie dépend de l’emplacement de la tumeur et de sa proximité avec des organes vitaux.

Dans les cas de cancer de côlon et du rectum, le type d’intervention chirurgicale pratiquée dépend de l’étendue des lésions cancéreuses et de la partie du côlon où elles se sont formées.

Il est souvent possible, après avoir retiré la partie atteinte, de joindre de nouveau le côlon au rectum.
Lorsqu’une telle jonction est impossible, le côlon doit être rattaché à la peau de l’abdomen plutôt qu’au rectum.
Cette intervention, appelée colostomie, peut être temporaire ou permanente.
La plupart des personnes réussissent à bien composer avec une colostomie et continuent de profiter de la vie comme avant leur intervention chirurgicale.






LA RADIOTHERAPIE

Destruction des cellules cancéreuses par des rayons X de haute énergie.

Elle peut affecter les tissus sains entourant la tumeur, mais ses effets secondaires peuvent généralement être maîtrisés.

En radiothérapie externe les rayons sont dirigés sur la tumeur de façon à épargner les tissus sains avoisinants.
En radiothérapie interne, ou curiethérapie, la substance radioactive est placée directement dans la tumeur.










--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
© 1996-2010 '"Un Sourire Pour Revivre" - Tous droits réservés. Aucune des informations contenues dans ce forum ne peut être reproduite ou rediffusée sans le consentement écrit et préalable de "Un Sourire Pour Revivre". Tout contrevenant s'expose aux sanctions prévues par les articles L 122-4 et L 335-3 du Code de la Propriété intellectuelle : jusqu'à deux ans d'emprisonnement et 150 000 euros d'amende.


Dernière édition par geotrouvetout le Sam 20 Aoû 2011 - 13:48, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas
le petit prince

avatar

Pilote de reconnaissance

Loisirs : plein (mais surtout les avions)

Points aux jeux : 21

MessageSujet: Re: [COLORECTAL] - cancer Lun 5 Avr 2010 - 20:42

Informations complémentaires sur le cancer colo-rectal (sur la prévention)


Voir ICI











--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
© 1996-2010 '"Un Sourire Pour Revivre" - Tous droits réservés. Aucune des informations contenues dans ce forum ne peut être reproduite ou rediffusée sans le consentement écrit et préalable de "Un Sourire Pour Revivre". Tout contrevenant s'expose aux sanctions prévues par les articles L 122-4 et L 335-3 du Code de la Propriété intellectuelle : jusqu'à deux ans d'emprisonnement et 150 000 euros d'amende.
Revenir en haut Aller en bas

[COLORECTAL] - cancer

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Sujets similaires

+
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
UN SOURIRE POUR REVIVRE  :: Le service médical (CANCER : informations, sites) :: Informations et votre vécu dans la maladie, etc :: Cancers digestifs-
Sauter vers: