UN SOURIRE POUR REVIVRE


Salle des pas perdus AccueilRechercherJuke box usprS'enregistrerComptoir d'enregistrementConnexion

Attentats de Nice le 14 juillet 2016. Merci de venir soutenir la pétition
pour l'obtention de la Légion d'Honneur pour Franck,
Alexandre et Gwenaël.
Voir les détails de la pétition en cliquant ICI
Derniers sujets
» Attentats de Nice - 14 juillet 2016 - pétition pour la Légion d'Honneur pour 3 personnes
par le petit prince Dim 31 Juil 2016 - 2:26

» Disparus de Mourmelon (site officiel)
par le petit prince Dim 10 Juil 2016 - 3:40

» Anniversaire particulièrement douloureux
par geotrouvetout Jeu 11 Sep 2014 - 3:30

» S - Sondes moléculaires
par geotrouvetout Jeu 13 Fév 2014 - 14:16

» Récapitulatif des sujets traités sur le cancer
par geotrouvetout Jeu 13 Fév 2014 - 13:50

» Leucémies de l'enfant : vers des traitements plus ciblés
par geotrouvetout Jeu 13 Fév 2014 - 13:37

» Les musiques préférées d'Idared37
par geotrouvetout Mar 9 Juil 2013 - 22:02

» Comment mettre une vidéo (youtube, dailymotion) sur le forum
par geotrouvetout Mar 9 Juil 2013 - 20:32

» Alimentation et cancer
par geotrouvetout Ven 21 Juin 2013 - 4:55

» Les musiques préférées, vu par geotrouvetout
par geotrouvetout Mar 18 Juin 2013 - 0:59

Forum polyglotte
Traducteur uspérien
Un mot, une phrase à traduire,
passez me voir ICI
Mes compagnons fidèles (hébergeur images et sites coup de coeur)
Pour leur rendre visite,
cliquer ICI ainsi que sur leur bannière

Partagez|

Cancers : les promesses de l'arsenic

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
geotrouvetout

avatar

Instructeur au sol

Points aux jeux : 288

MessageSujet: Cancers : les promesses de l'arsenic Dim 27 Mar 2011 - 0:52

Cancers
les promesses de l'arsenic





Dans un article paru dans Le Figaro du 7 janvier 2011, le Pr François Doz est revenu sur les promesses du trioxyde d'arsenic pour traiter un cancer cérébral de l’enfant, le médulloblastome, et les tumeurs d’Ewing





Dans le Journal of Clinical Investigation, une équipe américaine montre que cette molécule s'attaque à la cible d'une voie métabolique anormalement activée dans de nombreux cancers, appelée Hedgehog.

Activée, cette voie favorise le développement de cancers par l'intermédiaire d'une protéine, GLI1.

Ces chercheurs constatent que le trioxyde d'arsenic inhibe la GLI1, empêchant ainsi la croissance des tumeurs.




Ces résultats sont prometteurs parce que GLI1 est au bout de toute une série de signaux de cancérisation, et que le trioxyde d'arsenic pourrait agir là où d'autres médicaments ne le peuvent pas.

« La voie Hedgehog est activée dans environ 25 % des cas de médulloblastome.

La plupart des traitements antagonistes de cette voie en cours de développement visent son étape initiale.

Ils sont porteurs d'espoir, mais ne peuvent contrecarrer une activation anormale de la voie en aval » explique le Pr François Doz, pédiatre-oncologue à l’Institut Curie et professeur à l’université René Descartes.





Il conclut l’article en disant que : « Disposer d'un traitement qui agirait sur la cible finale de cette voie serait donc très intéressant.

Bien sûr, il faut encore beaucoup de validations, mais ce travail justifierait qu'on envisage des essais thérapeutiques dans un avenir pas trop lointain. »





L’institit Curie est un centre de référence pour la prise en charge du médulloblastome et des tumeurs d’Ewing.







Revenir en haut Aller en bas
geotrouvetout

avatar

Instructeur au sol

Points aux jeux : 288

MessageSujet: Re: Cancers : les promesses de l'arsenic Dim 27 Mar 2011 - 0:58

Déjà utilisé dans une leucémie, ce «poison» aurait aussi des effets dans d'autres tumeurs.




Surtout connu pour envoyer ses victimes ad patres, l'arsenic est un poison violent, utilisé aussi depuis plus de 2000 ans pour tenter de soigner des maladies.

«C'est d'ailleurs un ancien texte de médecine traditionnelle indiquant le trioxyde d'arsenic pour traiter une mystérieuse maladie hémorragique, qui a incité des médecins chinois de tester ce produit dans une forme de leucémie caractérisée par des hémorragies massives, la leucémie promyélocytaire aiguë», raconte le Dr Lionel Adès, hématologue à l'hôpital Avicennes (Bobigny).

Bingo ! Dans cette forme rare de cancer - 150 cas par an en France -, le trioxyde d'arsenic s'avère très efficace.

Il agit en détruisant une protéine cancéreuse anormale qui empêche les précurseurs des polynucléaires (des cellules sanguines de type globules blancs), de se développer puis de mourir normalement.





Actuellement, le traitement standard repose sur une chimiothérapie et l'Atra (Acide tout-transrétinoïque, une molécule utilisée en cancérologie), cette association a radicalement changé le pronostic autrefois très sombre de cette leucémie qui guérit aujourd'hui dans 90 % des cas.

Le trioxyde d'arsenic n'est autorisé qu'en seconde ligne, en cas de rechute, ou en remplacement partiel du protocole actuel.

Mais plusieurs essais sont en cours, dont un piloté par le Dr Adès, pour voir si, «compte tenu de sa toxicité beaucoup plus faible que celle de la chimiothérapie», il ne conviendrait pas de l'utiliser d'emblée.

«Les résultats préliminaires semblent indiquer une efficacité comparable.

Mais il faudra attendre quatre ou cinq ans avant les résultats définitifs», précise le Dr Adès.






Nouvelles perspectives

C'est dans ce contexte que paraît dans le Journal of Clinical Investigation un article qui semble ouvrir de nouvelles perspectives au trioxyde d'arsenic.

Une équipe américaine y montre que cette molécule utilise au moins un autre mode d'action sur les cellules cancéreuses.

Elle s'attaque à la cible d'une voie métabolique anormalement activée dans de nombreux cancers, appelée Hedgehog.

Quand elle est activée, cette voie favorise le développement de cancers par l'intermédiaire d'une protéine, GLI1.

Ces chercheurs constatent que le trioxyde d'arsenic inhibe la GLI1, empêchant ainsi la croissance des tumeurs.

Ces effets ont été observés non seulement sur des cellules cancéreuses en culture, mais aussi sur des souris modèles d'un cancer cérébral de l'enfant, le médulloblastome, et d'une tumeur osseuse, le sarcome d'Ewing.

Ainsi, la survie des souris modèles de médulloblastome passe de 4,8 mois à 7,4 mois après traitement par le trioxyde d'arsenic.




Ces résultats sont prometteurs parce que GLI1 est au bout de toute une série de signaux de cancérisation, et que le trioxyde d'arsenic pourrait agir là où d'autres médicaments ne le peuvent pas.

Bien évidemment, on est très loin d'une application, surtout en cancérologie pédiatrique.

Mais cette piste paraît d'autant plus séduisante que le pronostic du médulloblastome reste moyen, jusqu'à 80 % de guérison selon l'âge et l'évolution de la tumeur.

De plus, la maladie et les traitements - chirurgie, radiothérapie et chimiothérapie - ne sont pas sans séquelles.

«Des progrès importants nous permettent de mieux typer ces tumeurs et d'adapter le traitement à leurs caractéristiques biologiques, explique le Pr François Doz, pédiatre-oncologue (Institut Curie).

La voie Hedgehog est activée dans environ 25 % des cas de médulloblastome.

La plupart des traitements antagonistes de cette voie en cours de développement visent son étape initiale.

Ils sont porteurs d'espoir mais ne peuvent contrecarrer une activation anormale de la voie en aval.»

Et ce spécialiste de conclure : «Disposer d'un traitement qui agirait sur la cible finale de cette voie serait donc très intéressant. Bien sûr, il faut encore beaucoup de validations, mais ce travail justifierait qu'on envisage des essais thérapeutiques dans un avenir pas trop lointain.».





Source de l'info









Revenir en haut Aller en bas

Cancers : les promesses de l'arsenic

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Sujets similaires

+
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
UN SOURIRE POUR REVIVRE  :: Le service médical (CANCER : informations, sites) :: Les dernières évolutions et les recherches :: Cancers de la tête et neurologiques-
Sauter vers: